Cardamome

Origines

Son appellation arabe est hahmama, le grec l’apppelle kardamon; Le latin a associé ces deux vocables sous le nom botanique Amomum cardamomum.
Son pays d’origine est l’Inde, plus particulièrement les monts Karadamon. La plante est une zingibéracée comme le gingembre et le curcuma.

Utilisation

Au temps de la splendeur de Rome, c’était, au plan commercial, l’épice concurrente du poivre. Elle était principalement employée dans la pharmacopée pour soulager les troubles intestinaux.Elle est restée une épice très recherchée, au prix encore élevée.

La meilleure est la cardamome verte, la blanche étant une cardamome aux gousses blanchies. La brune, ou noire, est considérée comme une fausse cardamome, son goût est différent de celui de l’autre variété.
A la cuisson, elle développe des arômes camphrés

La cardamome entre dans la composition de nombreux caris; Le riz, en Inde et en Afghanistan, est souvent cuit avec quelques gousses éclatées. Elle parfume la plupart des desserts indiens, et le café dans certains pays arabes.

Il faut fendre les gousses et écraser celles-ci avec le plat de la lame d’un grand couteau pour qu’elles révèlent leur parfum.

Idées de recettes : Blanquette de veau aux épices anisés

Extrait du livre de Philippe Delacourcelle : Ma cuisine à fleurs d’épices.

Autres propriétés de la cardamome

– En Asie du Sud, la cardamome verte est largement utilisée pour traiter les infections dans les dents et les gencives, pour prévenir et traiter les problèmes de gorge, la congestion des poumons, la tuberculose pulmonaire et l’inflammation des paupières.
– La cardamome peut être utilisée pour calmer les douleurs d’estomac après un repas trop lourd (vertus anti-acide) et pour faciliter la digestion en général.
– Elle permet également de neutraliser l’odeur de l’ail quand on en croque après le repas.
– Elle aurait également des vertus stimulantes.
– Elle aurait aussi été utilisée comme antidote contre les venins de serpent et de scorpion.
– Elle était comme « petit cardamone » un des multiples constituants de la thériaque de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle.

Précédent| Remonter