Noix de muscade et Macis

Origine

Le nom « muscade » vient du latin « moschatus » issu lui-même du grec « moskhos », mot d’origine orientale désignant le musc.

La muscade provient du muscadier « Myristica fragrans », de la famille des « Myristicacées », arbre originaire des Moluques, dans l’Archipel Indonésien. Actuellement la Grenade en produit beaucoup et de très bonne qualité.

Description

Le muscadier est un arbre au feuillage dense qui mesure entre 10 et 20 mètres de hauteur. Il peut être fructifère jusqu’à l’âge de 100 ans, et chaque arbre peut donner jusqu’à environ 20 kilos de fruits par an.

Sur l’arbre, le fruit ressemble à une grosse noix verte d’environ 5 centimètres de diamètre. A maturité, il prend une couleur jaune et se sépare en deux pour libérer une coque (certains font des confitures avec ce fruit) entourée d’une résille rouge vif ou jaune doré selon l’origine des arbres : cette résille est le Macis, ou fleur de muscade. On la récupère pour la sécher. Son goût est légèrement piquant et un peu âcre ; son odeur ressemble à celle de la noix de muscade râpée.

La coque renferme une graine, qui est la noix de muscade proprement dite. Cette coque est exposée au soleil pendant 2 mois. Lorsqu’elle résonne comme un grelot on la casse à l’aide d’un maillet pour en extraire la noix de muscade telle que nous la connaissons.

Le commerce de la muscade fut longtemps convoité par tous les européens possédant des comptoirs en Asie. Sa valeur, au XIVeme siècle, était d’une vache pour 500 grammes. Les Hollandais en eurent le monopole pendant de nombreuses années, mais la contrebande et les guerres dispersèrent les plants, et le muscadier se répandit en Inde, au Caraïbes, et notamment à la Grenade.

Utilisation

La noix de muscade entre dans la composition du Gara Massala et de certains Caris. Elle s’utilise uniquement râpée, car ses arômes sont très volatiles.

Elle est employée pour relever les charcuteries (pâtés, saucisses et salaisons) ; elle parfume les purée de légumes mais elle s’utilise aussi sur les pâtes fraiches. Son mariage avec l’ananas donne de merveilleux résultats. Associée au chocolat, elle surprend. Je l’utilise sur la mozzarella quand le basilic n’est pas disponible.

Idées de recettes : Risotto aux châtaignes de cèpes, parfum de muscade ; salade « macaronade » à la noix de muscade…

Pour la santé

La noix de muscade est utilisée, par la tradition, contre les problèmes respiratoires et rhumatismaux. Elle est aussi utilisée comme psychotrope pour son caractère sédatif afin de soulager douleurs et fatigue.

Il existe deux huiles essentielles issue du muscadier :
l’huile issue de la noix dite noix de muscade et l’huile issue de l’enveloppe appelée macis.
Les deux sont à utiliser avec précautions chez l’enfant de moins de sept ans à cause de la présence de myristicine relativement importante.

Vertus

Drogue « douce » : peu chère, elle est parfois utilisée dans les prisons. Certains la conseillent pour décrocher de certaines drogues dures. Mais elle n’est pas sans effets secondaires : démangeaisons musculaires, sensibilité oculaire, écoulement nasal, diarrhée.
– Carminative : la myristicine contenue permet de lutter contre les gaz stomacaux
– Anti-diarrhée
– Anti-nausée
– Digestive
– Emménagogue : stimule le flux sanguin dans la région pelvienne
– Sédative : léger mais devient un narcotique dangereux à haute dose

Attention, 2 noix de muscade peuvent suffire à tuer un homme !

Extrait du livre de Philippe Delacourcelle : Ma cuisine à fleurs d’épices.

Précédent| Remonter